Les 3eme à l’Opera Bastille pour la première de Carmen

mardi 11 décembre 2012
par  B. Hugedé, B. Sugranes

Mardi 4 décembre dernier, nous sommes allés à l’opéra Bastille, que l’on a d’abord visité sous la conduite d’un guide qui ne manquait pas d’humour, avant d’assister à la première de Carmen.
L’opéra Bastille est le plus grand opéra du monde. Il mesure 10 000 m2 et se divise en plusieurs scènes. La première salle que nous avons visitée se situe à 20 mètres sous le sol. C’est une pièce immense où se trouve un ascenseur gigantesque qui permet de changer la totalité des décors de la scène en moins de 10 minutes. Nous avons parcouru d’autres salles aussi grandes que la scène principale de l’opéra, et qui servent de salles de répétition pour les artistes. De lourds rideaux de fer permettent une isolation phonique entre ces différentes scènes, et offrent aux artistes la possibilité de répéter en même temps leur spectacle. Le guide nous a ensuite montré les ateliers où sont fabriqués les décors et les costumes. Ces décors, fabriqués sur place, sont déplacés sur des plateformes qui roulent sur des rails. Enfin, nous avons eu l’immense privilège de monter sur la scène principale et d’admirer la salle où est assis le public (et qui peut accueillir jusqu’à 2730 spectateurs). C’était très impressionnant.
Un grand bravo à M. Chassier qui a chanté quelques airs d’Escamillo sur la scène, quelques minutes avant le spectacle !
Plus tard, dans la soirée, nous avons assisté à la représentation de Carmen de Georges Bizet. Mais c’est une version résolument moderne que nous avons vue. En effet, si les décors sont bien ceux d’une manufacture de tabac, conformes en cela à la nouvelle de Mérimée (dont l’opéra de Bizet est inspiré) en revanche les personnages ont quitté leur type espagnol : Carmen ressemble plus à Marilyn Monroe qu’à une bohémienne et Escamillo ressemble à Elvis Presley. Nous avons trouvé que les chanteurs avaient de très belles voix, en particulier Michaëla, la rivale malheureuse de Carmen. Le baryton Don José avait aussi une voix puissante. Nous avons aimé reconnaître les airs de la Bohème, de la garde descendante, et du célèbre « Toréador » que nous avons écoutés en cours de musique avec M. Chassier.
Le public a peu apprécié cette mise en scène et certains ont hué les artistes, ce que nous avons déploré, car il faut saluer le travail de tous ces chanteurs, de l’orchestre et du metteur en scène. Et puis, cette mise en scène a l’avantage d’être originale et de se détacher des nombreuses autres représentations de Carmen, plus classiques et conventionnelles.
Cette première expérience à l’opéra Bastille nous a bien plu.

Raphaël Orlando, Yohann Le Sant, Richard Clément, Hugo Jacquin, Elisa Hocini, Théo Marmeisse, Benjamin Bouchereau, Robin Giraud, Cyrielle Lammens, Valérie Huyenh, Mathis Vermaut, Akin Arslan, Julie Krzyzaniak, Magaux Flageul et Anaïs Dehier.