Une classe de 6e à l’Opéra

mardi 17 décembre 2013
par  B. Hugedé

Opération : Opéra !

Les élèves de 6.6 dont je fais partie ont eu le privilège d’aller à l’Opéra Bastille, à Paris, samedi 7 décembre dernier, pour voir le ballet La Belle au Bois dormant. Pour s’y rendre, ils ont pris le RER, accompagnés de quelques professeurs. Ces derniers avaient chacun en charge un petit groupe d’enfants. Cette classe, qui étudie en classe le conte de La Belle au Bois dormant, a pu découvrir le ballet de Tchaikovsky qui a duré trois heures, en comptant les deux entractes. En plus du célèbre conte de Charles Perrault, deux autres contes étaient représentés sur scène : L’Oiseau bleu et La Chatte blanche, contes écrits par Madame d’Aulnoy.

Mon moment favori a été celui où la danseuse tenant le rôle de la princesse Aurore dansait avec le prince Désiré. J’ai trouvé la danseuse très gracieuse, particulièrement quand elle faisait des pointes. J’ai également aimé les décors, surtout celui de la mer avec le sol bleu océan et la fumée qui recouvrait toute la scène : c’était féérique !
Par contre, j’ai regretté que les décors soient toujours les mêmes, d’un acte à l’autre. Quant aux costumes, je les ai trouvés très jolis, surtout celui de la fée des Lilas, dont j’ai aimé l’originalité.

Les artistes ont certainement travaillé dur pour parvenir à cette qualité de danse. J’ai adoré cette sortie scolaire originale et je tiens à remercier mes professeurs qui se sont investis dans ce beau projet.

Marie Boidin 6.6

Quel chef-d’oeuvre, l’Opéra Bastille !

Samedi 7 décembre 2013, à 20h00, nous voilà assis sur les fauteuils de l’Opéra Bastille, prêts à regarder le ballet La Belle au Bois dormant. La musique de Tchaikovsky débute ... enfin, le spectacle commence ! Quelques minutes plus tard, le rideau se lève, un magnifique décor nous éblouit, les danseurs entrent sur scène et virevoltent, les danseuses brillent sous les projecteurs. Tout est réussi, à part quelques détails qui se perçoivent à peine (quelques pas de danse ne sont pas toujours bien synchronisés). Les danseurs ont des justaucorps, les danseuses elles, ont des tutus colorés et portent des robes garnies de brillants. Celles qui dansent moins (comme la fée Carabosse) portent de longues robes avec des dorures. On se serait cru dans un véritable château grâce aux décors : des piliers évoquent les ruines du château, un trône s’élève au fond de la scène, et à chaque entracte un immense portail de bois, finement décoré, s’abaisse sur la scène. Sur la musique romantique de Tchaikovsky les danseurs ont enchaîné des sauts, des tours, des portés et des pointes réalisés avec beaucoup de grâce. Eleonora Abbagnato, magnifique, est la danseuse étoile qui tient le rôle de la princesse Aurore, tandis que Matthieu Ganio est le danseur étoile qui tient le rôle du prince Désiré. Cette histoire de La Belle au Bois dormant est magnifique, la chorégraphie de Noureef excellente ... Allez vite réserver vos places pour ce ballet !

Emma Nocent, Pauline Aubris, 6.6



Portfolio

Dans le hall En attendant la reprise du spectacle